Aller au contenu principal

Les derniers signaux mécaniques belges ont été retirés

Une page de l’histoire ferroviaire belge se tourne : les derniers signaux mécaniques de notre réseau ont été enlevés. Ces vestiges poursuivront prochainement leur existence sur la ligne touristique du Chemin de fer du Bocq.

Des leviers et poulies à la gestion informatique du trafic

Comme les automobilistes doivent respecter certains feux et signaux, il en va de même pour les conducteurs de train.  
Toute une série de signaux sont donc implantés le long de nos voies afin de les guider et d’assurer la sécurité du trafic. Il s’agit essentiellement de signalisation lumineuse (comme les feux sur les routes) et de panneaux.

Certains signaux, installés dans les années 30, fonctionnaient de façon mécanique. Un agent, installé dans une cabine de signalisation, y actionne à bout de bras toute une série de leviers reliés par des câbles et des poulies à différentes installations ferroviaires (signaux, aiguillages, voies…). Sous l’effet du mouvement, les aiguillages et signaux changent de position autorisant ou non les conducteurs à circuler

Derniers signaux mécaniques

Les derniers signaux mécaniques encore en activité sur notre réseau se situaient à Tertre, près de Mons, sur une ligne industrielle non-électrifiée. Nos équipes les ont enlevés, suite à la modernisation en cours depuis quelques années sur notre réseau. Tous nos signaux sont désormais commandés à l’aide de la technologie EBP-PLP (un système informatique dans lequel les agents ne doivent plus intervenir manuellement ou mécaniquement).

Sauvegarder le patrimoine ferroviaire

De nombreuses personnes sont venues assister au dernier passage d’un train sous cette signalisation. Ils ont aussi pu observer nos équipes démanteler le signal. 

Les signaux mécaniques sont actuellement en cours de restauration pour pouvoir être prochainement installés sur la ligne–musée du Chemin de fer du Bocq, en gare de Ciney.

Derniers signaux mécaniques