Aller au contenu principal

Ponctualité

L'une de nos tâches consiste à enregistrer tous les retards qui surviennent sur le réseau, à en attribuer la cause et à en dresser l'inventaire. Sur cette base, des statistiques de ponctualité sont publiées chaque mois. Nous publions également un baromètre de ponctualité, appelé MobiPulse, pour se rapprocher le plus possible de l'expérience du navetteur.

Open Data

Toutes nos statistiques de ponctualité sont disponibles sur notre plateforme Open Data. Vous pouvez y consulter le tableau de bord mensuel et accéder aux 25 jeux de données liés à la ponctualité des trains voyageurs et marchandises sur le réseau Infrabel.

Vers le tableau de bord mensuel de la ponctualité

Deux tableaux de bord récapitulatifs concernant la ponctualité du trafic voyageurs intérieur en 20192020 et en 2021 ont également été publiés sur le site.

Comment mesurer la ponctualité ?

Nous enregistrons tous les retards qui surviennent sur le réseau et nous en attribuons la cause. Comment mesurons-nous la ponctualité ? Comment calculons-nous les résultats de ponctualité ?

La ponctualité du trafic intérieur est mesurée dans la gare terminus. Si le train emprunte la Jonction bruxelloise Nord-Midi, nous mesurons la ponctualité dans la première gare de cette Jonction Nord-Midi qui se trouve sur son trajet. La ponctualité d'un train d'Ostende vers Eupen est ainsi mesurée à Bruxelles-Midi et à Eupen.

Un train qui compte 6 minutes de retard ou plus est considéré comme non ponctuel. Le chiffre général de ponctualité reflète donc le pourcentage des trains arrivés avec moins de 6 minutes de retard à leur gare terminus et, s'il y a lieu, dans la première gare de la Jonction Nord-Midi sur leur trajet.

Pour coller encore plus à la réalité de chaque voyageur, nous nous appuyons depuis 2008 sur des chiffres de ponctualité qui tiennent compte du nombre de voyageurs à bord des trains : le retard d'un train bondé à l'heure de pointe pèse ainsi plus lourd qu'un train moins rempli aux heures creuses.

 

Qu'entend-on par neutralisation ?

En tant qu'entreprise publique, Infrabel est liée par un contrat de gestion avec l'autorité fédérale. Celle-ci fixe notamment les exigences pour la mesure des chiffres de ponctualité.

En vertu de ce contrat, Infrabel doit produire, en plus du chiffre de ponctualité général, un chiffre de ponctualité qui ne tient pas compte des retards causés par des sources externes (vandalisme, agression, vols de câbles…) ni de ceux causés par les grands travaux d'investissement (comme le RER).

Ces retards, qui ne sont pas attribuables à Infrabel ou aux entreprises ferroviaires, sont “neutralisés”. Seul le chiffre de ponctualité sans cette "neutralisation" permet de se faire une idée générale de la ponctualité globale. Il traduit la réalité telle que perçue par les voyageurs. Alors que le chiffre tenant compte de la "neutralisation" n'est utile qu'en interne, chez Infrabel et les opérateurs ferroviaires, pour dresser leur propre bilan.

Qui est responsable ?

Nous veillons à une attribution correcte des causes des retards. Les retards sont attribués soit à Infrabel, soit à une entreprise ferroviaire ou des tiers. Si l'une des parties conteste la responsabilité qui lui est attribuée, le service d'arbitrage d'Infrabel (un service neutre spécialement créé dans cet objectif) intervient.

Nous dressons également l'inventaire de tous les trains supprimés (en d'autres termes, les trains qui n'ont pas pris le départ ou qui ont été limités à une partie de leur trajet) et nous notons la raison de leur suppression.

Chaque mois, nous mettons à disposition des opérateurs ferroviaires l'ensemble des chiffres et statistiques de ponctualité détaillés.