Aller au contenu principal

6 500 km de voies principales, 11 700 ponts et tunnels, 10 200 éléments de signalisation, quelque 4 000 aiguillages et plus de 1 700 passages à niveau… L'infrastructure ferroviaire belge est vaste et doit faire l’objet d’un entretien rigoureux pour répondre aux exigences de chaque client : sécurité, ponctualité et confort lors de ses déplacements. Nous investissons donc considérablement, depuis plusieurs années, dans la digitalisation des inspections de voies et dans la « maintenance prédictive ». En d'autres termes, ce programme vise à résoudre les problèmes avant même qu'ils ne surviennent. Pour y parvenir, nous rendons nos voies plus intelligentes ; d’où l’appellation de « Smart Railway ».​

D'ici 2022, « Smart Railway » digitalisera l'ensemble de l'infrastructure ferroviaire belge, pour établir une communication directe avec les voies. La tâche est gigantesque : il faut équiper feux de signalisation, passages à niveau, aiguillages… de capteurs qui transmettent toutes sortes d'informations sur leur état. Nous utilisons aussi un train de mesure spécial qui recueille des données sur les voies et les caténaires.

Ponts et poteaux de télécommunication sont, eux, inspectés à l’aide de drones. Les données et photos récoltées sont analysées informatiquement afin de déterminer quand et où des activités de maintenance sont nécessaires. Il devient alors possible de signaler des tâches de maintenance directement, de manière très ciblée et rapide, sur les tablettes des équipes d’entretien. Ce système est bénéfique tant pour la sécurité que pour la ponctualité.​

Plus de 180 ans après le premier trajet en train entre Bruxelles et Malines annonçant la première révolution industrielle, il s’agit d’une très belle reconnaissance pour le rôle stratégique joué par l’entreprise dans la quatrième révolution industrielle actuelle, propulsée par les machines intelligentes, la technologie, la numérisation et les données (de masse).