Aller au contenu principal

Projets &
réalisations

Suppression de passages à niveau

Moins de passages à niveau. Moins de risques.

La sécurité est notre priorité. Chaque année, 45 personnes en moyenne sont victimes d'accident aux passages à niveau. Nous voulons en faire disparaître un maximum et les remplacer par des alternatives plus sûres pour vous. 

Nous supprimons en priorité les passages à niveau croisant les routes très fréquentées. C’est ainsi qu’en 2017, nous en avons supprimé 14. Pour éliminer au maximum le risque d’accident, nous menons aussi de nombreuses campagnes de sensibilisation sur la sécurité aux passages à niveau.

Statistiques

En moyenne, un accident par semaine et un décès par mois se produisent dans le cadre d’un incident à un passage à niveau. La plupart des accidents aux passages à niveau dont dus au non-respect du code de la route.

Pourquoi remplacer et/ou fermer les passages à niveau ?

La sécurité est notre priorité absolue. Nous sommes donc particulièrement préoccupés par le fait que chaque année, il se produit encore en moyenne 1 accident par semaine aux passages à niveau. Ces points sensibles de notre réseau ont non seulement un impact sur la sécurité du trafic ferroviaire et routier, mais ont aussi des conséquences majeures sur l'horaire et la ponctualité des trains. En outre, les barrières se ferment plus souvent qu'auparavant étant donné qu’aujourd’hui, davantage de trains de voyageurs et de marchandises circulent sur certaines lignes ferroviaires.

Pour toutes ces raisons, Infrabel souhaite, dans la mesure du possible, fermer les passages à niveau et/ou les remplacer par des alternatives sûres comme des tunnels, des ponts ou d'autres solutions (par exemple, une route longitudinale), et ce, toujours en concertation avec les autorités locales.

Points de traversée alternatifs

On ne peut pas supprimer un passage à niveau du jour au lendemain. Nous procèdons d’abord à une analyse et à des études de mobilité en accord avec les autorités locales. En collaboration avec toutes les parties concernées, nous examinons la meilleure alternative au passage à niveau à supprimer. Il peut s’agir d’un pont ou d’un tunnel, ou d’une déviation vers un point de traversée existant déjà un peu plus loin.

S'efforcer de trouver la plus large base de soutien commune possible

En définitive, l'objectif est de parvenir à un accord de principe avec la commune concernée, en veillant à impliquer également les riverains et les autres parties prenantes et à communiquer de manière transparente.

Les réalisations finales dépendront, entre autres, des procédures, des expropriations et des budgets.

Cofinancé par l’Union européenne

Nous avons profité à plusieurs reprises du support financier de l’Union européenne pour la suppression de certains passages à niveau dans le cadre du programme TEN-T (Réseau transeuropéen de transport) et du programme CEF (Mécanisme pour I’interconnexion en Europe).

Cofinancé par l’Union européenne.
Cofinancé par l’Union européenne.

Entretien et rénovation des passages à niveau

Lorsqu'une suppression est impossible, nous investissons pour rénover, adapter et entretenir les passages à niveau. Nous améliorons la signalisation (nouveaux feux de signalisation, barrières supplémentaires pour les piétons et les cyclistes, etc.) et, en accord avec le gestionnaire de voirie, nous effectuons les travaux nécessaires pour améliorer la visibilité des passages à niveau.

En cas de dérangement, les passages à niveau passent automatiquement en mode « grande alarme ». Les barrières s’abaissent et les trains à proximité doivent suivre une procédure spéciale : rouler au pas à hauteur du passage à niveau et klaxonner. Nos systèmes de détection permettent de vérifier s’il y a réellement un dérangement technique. S’il s’agit d’une fausse alerte, les trains peuvent alors poursuivre leur route normalement.

Plus d’informations sur les différents chantiers